Vous êtes ici :

Les systèmes d’information en ligne : quels outils pour quels usages ?

Table ronde : L’intranet pour organiser l’accès à des ressources diffuses et dispersées

Par Jean-François Rouet

Publié en ligne le 30 août 2006

Résumé : Dans cette intervention, je voudrais montrer la nécessité d'adapter le format des systèmes d'informations en ligne aux besoins et aux capacités cognitives des utilisateurs. Dans un premier temps, je passe rapidement en revue les difficultés rencontrées par les utilisateurs dans des tâches de recherche d'informations à l'aide de bases de données hypertextuelles. Puis j'indique quelques pistes pour une amélioration de l'ergonomie des interfaces.

Les systèmes d'informations électroniques devraient faciliter l'accès à l'information pédagogique, mais les utilisateurs non-spécialistes rencontrent de nombreuses difficultés : désorientation, noyade dans l'information, surcharge cognitive. En fait, avec l'arrivée des systèmes d'informations électroniques, on est passé d'une situation de silence (fréquent) à une situation de bruit documentaire. La moindre recherche sur Internet génère des quantités importantes d'informations non pertinentes qui ralentissent et perturbent fréquemment l'utilisateur, surtout lorsqu'il s'agit d'un élève.

Je défends l'hypothèse qu'une partie du problème réside dans la mauvaise adéquation des formes et des fonctions remplies par les écrans de type "hypertexte".

Pour illustrer ce problème, je m'appuie sur l'exemple des manuels scolaires imprimés. Malgré tous les défauts que l'on peut leur trouver, il est facile de constater que la mise en page et l'écriture de ces documents obéit à de nombreux principes de lisibilité. Les textes imprimés comportent notamment de nombreux indices méta textuels qui guident le lecteur (cf. Eme et Rouet, sous presse).

Dans le cas des systèmes en ligne, au contraire, nous sommes dans une situation de quasi-anarchie. A chaque nouvelle utilisation d'un site Web par exemple, l'utilisateur doit d'abord faire l'effort de comprendre le raisonnement du concepteur du site, qui se manifeste par une certaine mise en page, une certaine structure d'ensemble, un certain marquage matériel des liens hypertextes, etc.

Résultat : une bonne partie de l'effort de lecture est consacrée à interpréter la forme plutôt que le contenu. Ce problème, qui apparaissait déjà dans les premiers hypertextes proposés voici une vingtaine d'années, est toujours présent dans les réalisations actuelles (pour des compléments, cf. Rouet, 2001).

La structuration des sites Web (et par extension de tous les systèmes destinés à l'information ou à la communication en ligne) peut être améliorée en respectant quelques principes de base : cohérence globale, visibilité des contenus, intégration multimédia. (pour des compléments, cf. Rouet, 1999).

Les principes de structuration "optimale" ont été appliqués dans une expérience récente de conception d'un site Web destiné à l'accompagnement de cours de psychologie (voir Jégou, Andréo et Rouet, 2001). Les résultats ont montré que des utilisateurs novices parvenaient facilement à s'orienter dans le site, contrairement aux constats faits dans des expériences antérieures.

Il n'existe toutefois pas de solution universelle au problème de la conception des systèmes d'informations. Chaque situation pose des problèmes particuliers, d'où la nécessité d'identifier précisément le public visé, ses besoins et ses stratégies naturelles.

Les TIC ne diminuent pas les contraintes de lisibilité et de cohérence. Les hypertextes doivent être adaptés aux représentations et aux stratégies des utilisateurs.

L'innovation pédagogique passe par l'évaluation scientifique des dispositifs.

Pour citer cet article :  Rouet Jean-François (2002). "Les systèmes d’information en ligne : quels outils pour quels usages ?".  Actes des Troisèmes Rencontres Réseaux Humains / Réseaux Technologiques.  Poitiers,  19 mai 2001.  "Documents, Actes et Rapports pour l'Education", CNDP, p. 41-43.

En ligne : http://edel.univ-poitiers.fr/rhrt/document480.php (consulté le 25/06/2017)

Bibliographie

Eme, P.E., & Rouet, J.-F. (sous presse). Les connaissances métacognitives en lecture-compréhension chez l'enfant et l'adulte. Enfance.

Jégou, G., & Andréo, P. & Rouet, J.-F. (2001). Le rôle de la structuration de la tâche dans la recherche d'informations sur site Web. Actes du Cinquième Colloque Hypermédias et Apprentissages, (sous presse).

Rouet, J.-F. (1999). Interactivité et compatibilité cognitive dans les systèmes hypermédias. Revue des Sciences de l'Education, 25, 87-104.

Rouet, J.-F. (2000). Hypermédias et individualisation des apprentissages : pré-requis cognitifs. Le Français Aujourd'hui, 129, 9-18.

Rouet, J.-F. (2001). Technologies de l'information et cognition humaine : vers une science des usages ? Informations Incognito, (sous presse).

A lire aussi sur le même sujet

  • Introduction : l’intranet pour organiser l’accès à des ressources diffuses et dispersées. Par Alain Scoazec.

    Lire l'article...

  • Etude de cas : l’intranet du Lycée Pilote Innovant, Jaunay-Clan (Vienne). Par Pierric Bergeron.

    Lire l'article...

  • De l’accès à l’information à sa représentation : l’analyse de données textuelles. Par Marie-Hélène Antoni.

    Lire l'article...

  • Les systèmes d’information en ligne : quels outils pour quels usages ?. Par Jean-François Rouet.

    Lire l'article...

  • Débat : l’intranet pour organiser l’accès à des ressources diffuses et dispersées. Par Pierric Bergeron, Marie-Hélène Antoni et Jean-François Rouet.

    Lire l'article...

n° 3

  • Jean-François Rouet

    Chargé de recherche, CNRS, LACO, Université de Poitiers.

    Tous ses articles

A voir sur UPtv

Les systèmes d’information en ligne : quels outils pour

Vidéo de la table ronde : L'intranet pour organiser l'accès à des ressources diffuses et dispersées : Durée 1h 36 min.

Voir la vidéo...

 

Université de Poitiers
15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - FRANCE
Tél.: (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
http://edel.univ-poitiers.fr/rhrt - rhrt@univ-poitiers.fr

Haut de page