Vous êtes ici :

L’enseignement / formation à distance en 2000 : quatre récits d’expérience

Expériences

Par François Marchessou

Publié en ligne le 29 août 2006

Résumé : Les quatre expériences qui suivent sont très différentes mais elles illustrent à leur façon, avec la modestie de la confrontation quotidienne à une réalité qui n'est pas celle des futurologues de la numérisation, la richesse des initiatives d'enseignement/formation à distance qui ont vu le jour et se sont développées dans les établissements d'enseignement (Lycée de la Venise Verte à Niort), les régions (Catalogne, Pays de Galles) ou les entreprises (ex-Chambre Syndicale des Banques Populaires).

Le projet ALADIN que présente Pierre Bonnet est né d'un constat, celui de l'impossibilité d'offrir un accès à l'étude de l'allemand pour les élèves de 7 lycées de l'académie de Poitiers, trop peu nombreux pour qu'on puisse ouvrir une classe sur chaque site, ce qui aurait pu avoir pour corollaire le traitement technocratique réducteur que l'on connaît : suppression définitive de l'offre de cette langue, et transfert ou mise au chômage technique partiel des professeurs chargés de l'enseigner. Comme il l'indique, les cours ont été conçus sans relation aucune avec les pratiques des classes présencielles, en utilisant une gamme étendue d'outils en ligne et hors ligne en fonction des besoins d'une discipline, la langue, qui exige non seulement l'assimilation de connaissances notionnelles mais aussi une production orale et une communication interpersonnelle, ce qui est plus ardu et requiert du professeur une attention renforcée. Il analyse pour nous de façon approfondie la problématique du rôle de professeur-tuteur tel qu'il l'a vécue et la vit ainsi que la nécessaire relation à construire entre enseignement à distance synchrone et asynchrone. Nous retiendrons aussi que la mise en place de cette expérience n'aurait pu être menée à bien sans une équipe de professeurs-concepteurs, l'appui d'une base technique et le soutien logistique et administratif du CRDP et de l'Inspection pour prévenir les blocages que pourrait provoquer une interprétation à la lettre de certains textes et règlements de l'Education Nationale.

Les deux autres expériences qui nous viennent, l'une du Pays de Galles, l'autre de Catalogne, sont différentes dans leurs missions : répondre à des besoins sociaux diversifiés dans le cas du centre Cynnal de Llangefni, plus strictement universitaires pour la Universitat Oberta de Catalunya. Elles bénéficient toutefois, l'une et l'autre, d'un atout original, d'une énergie créatrice de même nature, dont nous avons noté le jaillissement en travaillant depuis 12 ans au sein de groupes européens : le Pays de Galles, la Catalogne, et nous pourrions ajouter le Pays Basque, l'Irlande et d'autres, ont pris conscience de la nécessité de sauvegarder leur culture minoritaire et souvent leur langue en offrant aux jeunes des moyens leur permettant de trouver dans leurs villes et villages la formation dont ils ont besoin pour travailler sur place sans être obligés d'émigrer à Londres ou Madrid où ils perdraient immanquablement une part de leur identité et peut-être l'envie de retourner au pays. Il ne s'agit pas d'un repli frileux sur un passé révolu mais plutôt d'offrir aux jeunes gallois et catalans, par le biais de formations ouvertes et à distance novatrices, la possibilité de communiquer chez eux dans leur langue tout en exerçant une activité professionnelle à un niveau de qualification qui les rend présents sur la scène internationale. A cet égard, l'instauration du Marché Commun et l'existence des projets incitatifs communautaires a projeté ces zones culturellement menacées sur un espace européen plus vaste, exempt des souvenirs conflictuels qu'avive parfois une relation exclusive avec leur pays de rattachement, Grande Bretagne ou Espagne dans le cas présent. Gareth Roberts est un professeur de formation classique, ancien de Cambridge, et il appartient au corps d'inspection aujourd'hui décentralisé et privatisé en Grande Bretagne. Le Centre Cynnal de Llangefni, au Pays de Galles, relève des comtés et de leur volonté affirmée de soutenir l'effort d'éducation et de formation en aidant aussi bien les élèves qui préparent leur bac à temps partiel que les femmes qui après avoir élevé leurs enfants souhaitent acquérir une qualification pour trouver de l'emploi dans les usines d'électronique qui ont remplacé les aciéries et les mines défuntes, ou encore les employés des PME. A l'OAVUP, nous avons eu le plaisir de travailler avec Terry Brockley, Gareth Roberts et Christine Allen depuis plus de dix ans, dans le cadre de l'expérience pan-européenne d'enseignement par satellite Olympus/Eurostep, puis au sein de projets Communautaires visant à expérimenter de nouvelles formes d'apprentissage ouvert et à distance pour des publics ne rentrant pas dans les catégories scolaires habituelles. Leur expérience de l'intégration de tous les outils, audioconférence téléphonique, TV par satellite, multimédia, Internet, est probablement unique en Europe. Nous avons pour notre part toujours été frappé par l'ouverture, l'absence de préjugés, la modestie et la très grande créativité de ce groupe dont l'expérience est aujourd'hui connue et appréciée bien au-delà des montagnes du Pays de Galles.

Esther Subirá est professeur de gestion et elle exerce à Barcelone dans une dualité stimulante, dualité linguistique catalan/castillan, dualité professionnelle de professeure présencielle à l'Université Centrale et de tuteure " en ligne " à l'Universitat Oberta de Catalunya, première de ce genre au monde à fonctionner exclusivement sur le Web. Dans les pages qui suivent, comme dans la présentation qu'elle a enregistrée, elle nous présente, à la lumière de sa double expérience, les différences fondamentales entre l'enseignement supérieur ouvert et à distance et les formations qu'offrent les universités classiques. Elle place son analyse dans une perspective sociale large en insistant sur l'ouverture à des publics jusque là exclus que l'on joint là où ils se trouvent et non là où on voudrait qu'ils fussent (d'où le recours à la langue catalane) et montre que cette nouvelle forme de présence à distance est capable de résorber au moins partiellement les déficits en spécialistes des TICE particulièrement criants en Europe.

Avec le Service Formation de la Chambre Syndicale des Banques Populaires (Banque Fédérale en 2001), nous entrons dans le domaine des entreprises. C'est, pour l'OAVUP, un partenaire ancien dont nous avons partagé la riche expérience en matière de langues et d'EAD au sein de plusieurs projets. Eric Hauswirth nous présente aujourd'hui Cybernef, " Le bureau sans frontière ", un réseau Internet voué à la formation qui a pour vecteur l'équipement télématique et informatique propre au secteur bancaire et qui se fonde sur la culture coopérative de ce groupe de 30 banques régionales autonomes mais habituées à s'informer et à échanger leurs ressources (stages, logiciels, etc.). Cybernef est l'aboutissement temporaire d'une réflexion continue menée avec et pour les responsables de formation et les tuteurs. Le recueil critique du feedback que renvoie le terrain et l'expérimentation de supports nouveaux de plus en plus interactifs (agent, reconnaissance vocale, etc.) en font un laboratoire concret que nous recommandons à ceux de nos partenaires français et étrangers qui sont amenés à concevoir des projets d'EAD pour des entreprises ou des organismes officiels d'éducation.

Pour citer cet article :  Marchessou François (2001). "L’enseignement / formation à distance en 2000 : quatre récits d’expérience".  Actes des Deuxièmes Rencontres Réseaux Humains / Réseaux Technologiques.  Poitiers,  24 juin 2000.  "Documents, Actes et Rapports pour l'Education", CNDP, p. 59-61.

En ligne : http://edel.univ-poitiers.fr/rhrt/document438.php (consulté le 23/06/2017)

A lire aussi sur le même sujet

  • L’enseignement / formation à distance en 2000 : quatre récits d’expérience. Par François Marchessou.

    Lire l'article...

  • Le projet expérimental ALADIN. Par Pierre Bonnet.

    Lire l'article...

  • Cybernef, « le bureau sans frontières ». Par Eric Hauswirth.

    Lire l'article...

  • Universidad clasica y universidad virtual. Par Esther Subira.

    Lire l'article...

  • 15 ans d’enseignement à distance au Pays de Galles. Par Gareth W. Roberts.

    Lire l'article...

  • Débat. Par Gareth W. Roberts, François Marchessou, Pierre Bonnet, Eric Hauswirth et Esther Subira.

    Lire l'article...

n° 2

  • François Marchessou

    Directeur de l’OAVUP ; Université de Poitiers.

    Tous ses articles

A voir sur UPtv

L’enseignement / formation à distance en 2000 : quatre

Vidéo de l'ntervention de François Marchessou : Durée 7 min.

Voir la vidéo...

 

Université de Poitiers
15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - FRANCE
Tél.: (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
http://edel.univ-poitiers.fr/rhrt - rhrt@univ-poitiers.fr

Haut de page